Jeunes Lauréats Press Start 2018 2019

arrow

Abdou

5ème promo: création d'une application pour les voyageurs
close
Abdou Seydi est un étudiant en ressources humaines de 25 ans de l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne. M.Seydi a participé à plusieurs conférences sur l’entrepreneuriat à la Sorbonne, notamment la conférence 3entreprendre en Afrique. Suite à une discussion avec l’un des intervenants , M.Seydi a envoyé une candidature à Bond’Innov , une association d’appui aux jeunes entreprises. Son projet proposé était de créer une agence qui permettrait aux jeunes français d’accéder au marché du travail de l’hémisphère sud , afin de lutter contre la <> dans certains pays. Bien que sa candidature n’ait pas abouti, il a beaucoup appris de cette expérience.Il pense que pour être un entrepreneur social, il faut avant tout être courageux. Le courage, pour M. Seydi, n'est pas la qualité d'être sans peur, mais quand vous êtes capable de surmonter vos peurs. Il se rend compte que ce qui freine les entrepreneurs, c'est de savoir qu'ils rencontreront l'échec.Pourtant, pour M. Seydi, se mettre en tête que tôt ou tard on va faire face à nos échecs c’est justement ce qui l’encouragent à rester déterminé et ambitieux. Il s’inspire des paroles de Nelson Mandela: «Je ne perds jamais dans la vie , soit je gagne soit j'apprends >> M. Seydi a participé au programme IMPOWER de YAKA, qui l'a vu se rendre dans le village de Soussane au Sénégal durant la 2ème phase. Par la suite, Abdou a lancé un projet pour la 3ème phase d'IMPOWER, dans le cadre duquel il a récolté 2000 € pour la rénovation du moteur du moulin à mil du village. Abdou est incroyablement fier de ce projet.
arrow

Camille

4ème promo: création d’entreprise sociale d’insertion dans le domaine de la santé
close
Née le 17/12/1986 à Abbeville, Camille habite à Brutelles dans le 80, une commune située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-FranceCamille a découvert Press start grâce au site de l'Auberge de la Solidarité. Elle a étudié auparavant à l'Université de Montréal au Québec. Camille a toujours voulu créer un café solidaire notamment en Iran où elle a connu des grandes difficultés. Aujourd'hui elle veut créer ce projet de nouveau et s'attend à ce que Press Start lui permette d'avoir un recul et qu'elle puisse se nourrir des expériences et conseils des formateurs et autres lauréats. Camille dit d'un entrepreneur qu'il faut être surtout proactif, organisé, responsable et à l'écoute des autres. Par ailleurs qu'il faut avoir une bonne résilience pour encaisser les échecs et se remettre en question pour continuer à avancer.Camille a un projet de création d’entreprise sociale d'insertion avec un ami, permettant d'alléger la charge administrative des professionnels de santé, tout en accompagnant des personnes en difficultés d’accès à l’emploi, notamment dans l'utilisation des outils numériques. Grâce à cette entreprise, elle pourra 'accompagner les personnes dans l'emploi tout en les mettant en lien avec les autres ressourcespouvant leur être utiles dans leur vie quotidienne. La mission sociale de l’entreprise est vouée à l’encadrement et la formation des employés en insertion.Camille a travaillé à AGAPSY, la Fédération Nationale des Associations Gestionnaires pour l'Accompagnement des Personnes Handicapées Psychiques et a aussi effectué un service civique à Handicap International, accompagnant 29 organisateurs bénévoles des Pyramides de chaussures en France dans la demande de subvention et le soutien aux différentes démarches. Elle s’occupait des 380 bénévoles et organisait les (partenariats avec des établissements scolaires, gestion des plannings,…). A ce moment, Camille avait mis en oeuvre un projet de mobilisation de la société civile de sa conception à son évaluation, et a fait des rencontres uniques. Cette expérience a confirmé que Camille ne peut dissocier ses engagements professionnels et personnels et qu’elle s’épanouit dans une posture d’accompagnement.Camille préfère parler d’épreuve plutôt que d’échec. Elle a tendance à plutôt voir le positif et à ne pas cultiver les regrets. Camille dit qu’elle a mis pas mal de temps à accepter ses défauts et ses qualités, et elle essaie de ne pas restée figée. Elle aimerait rencontrer et discuter avec certaines personnes comme Simone Veil ou Jane Goodall pour avoir leur point de vue sur le monde et son évolution. Camille aimerait voyager et vivre dans plusieurs pays afin de découvrir de nouvelles cultures et rencontrer des personnes différentes. Ses passions sont les sports en extérieur (escalade, randonnée, roller, snowboard,...) et la pâtisserie quand elle est chez elle. Elle s'intéresse à presque tout, aimant découvrir de nouveaux lieux, livres, groupes.Ce que les autres disent de Camille :Camille s’investi dans des projets au service des associations avec toujours la volonté de servir au mieux les besoins des personnes en situation de handicap. Ses compétences, son dynamisme et ses capacités à mobiliser différents partenaires autour d’un projet lui ont valu d’être ensuite recrutée par le PSYCOM où elle a pu développer de nouveaux autres champs de compétences : montage et conduite de projet, relation avec les partenaires et bailleurs de fonds, communication à 360 degrés.Camille est une personne engagée et volontaire, d’une grande intelligence aussi bien intellectuelle qu’humaine. Sa polyvalence et son sens aiguë du bien commun et de la responsabilité sociale en font une personne capable de devenir une actrice citoyenne importante pour demain. Camille possède les talents que cherche à valoriser YES Akademia ; elle est aussi en phase avec les valeurs prônées par le programme. Ses expériences professionnelles et bénévoles au sein de collectifs, ou de projets humanitaires, ont participé à lui donner une certaine habitude de la vie communautaire, avec de l’appétence pour des projets et aventures collectives.Ses capacités d’adaptation, sa flexibilité ainsi que son sens de l’écoute, du partage et de l’entraide, sont un atout pour n’importe quel groupe. Camille possède de réelles capacités de leadership mais elle reste toujours dans la participation et la collaboration grâce à une écoute, une assertivité, une bienveillance et une curiositépour les autres, très marquées. Enfin, Camille a un sens de l’innovation et de la recherche toujours présent ; elle est qui plus est débrouillarde, pugnace mais flexible, loyale mȇme si sa volonté de réussite et de progrès est forte.
arrow

Caroline

4ème promo: projet d’échange interculturel et l’artisanat entre l’Europe, l’Amérique Latine et l’Asie
close
A 33 ans, Caroline est déterminée à monter un projet d’échange interculturel entre l’Europe, l’Amérique Latine et l’Asie avec son associé. Ce projet de voyages alternatifs sera autour de la création d’artisanat, d’oeuvres audiovisuelles, de spectacles vivants ou de projets de permacultures. Elle souhaite avoir une version hybride du projet pour ne pas être dépendante des financements et faire de l’écotourisme et surtout pouvoir se focaliser sur l’artisanat local.Lors de Press Start, qu’elle a découvert via l’Auberge de la Solidarité, Caroline aimerait structurer son projet entrepreneurial et surtout se focaliser sur la rédaction du business plan pour y mettre plus de structure. Elle a identifié quelques potentiels concurrents déjà. Elle n’a jamais vraiment monté un projet entrepreneurial auparavant et récemment elle a réussi à identifier son associé grâce à un événement auquel elle a assisté à Marseille. Caroline a grandi à Paris, a étudié à Bordeaux et habite maintenant à Marseille.Caroline a toujours beaucoup d’idées, elle souhaitait auparavant réaliser un documentaire sur l'art dans l'espace public et créer un lieu de bien être et de rencontres sociales et culturel. Mais cette fois-ci, elle montra son projet ! Caroline dit que pour être entrepreneur, il faut être persévérant, avoir du charisme, être à l'écoute et dans un fonctionnement collectif. Elle dit aussi qu’il faut avoir des idées et savoir construire et animer un réseau.Caroline a longuement voyagé au Mexique et en Colombie. Elle a travaillé dans la production musicale, un fantasme que j'avais besoin de réaliser. Elle souhaiterait rencontrer Nelson Mandela, pour la paix qu'il a réussi à cultiver malgré la souffrance qu'il a subit. Elle aimerait aussi rencontrer Marion Cotillard, pour son succès et sa conscience de l'environnement.Elle a récemment commencé à faire du théâtre car elle avait envie de travailler sur les différentes émotions et personnages du quotidien. Elle fait aussi du chant de flamenco, pour comprendre comment fonctionne cette musique, ce qui l'aidera lorsqu’elle commencera à danser. Enfin, Caroline fait aussi des massages thaïlandais, qu’elle a appris à faire lors d’un stage il y a 3 ans.Ce que les autres disent de CarolineCaroline a une appétence pour la découverte de nouvelles cultures et le lien avec l'autre. Elle est également passionnée par ce qu'elle entreprend et accorde une grande importance au sens de ses actions. Caroline a aussi une fibre artistique qui s'exprime par la musique. Caroline est de bon conseil et à l'écoute. Elle a un caractère solide et bienveillant.
arrow

Chloé

5ème promo: projet philanthropique holistique (Harmonia)
close
Chloé Riera est âgée de 24 ans à l'université Panthéon Assas Paris II. Mme Riera est devenue une entrepreneuse indépendante dans le secteur du bien-être et des massages en 2017 et a également travaillé en tant que coordinatrice d'équipe et de projet chez Unis-Cité, un rôle qui exigeait innovation, leadership, polyvalence et indépendance.Pour Mme Riera, l'entrepreneuriat exige de la ténacité, de la persévérance et de la détermination : vous devez être capable de faire face aux échecs et de continuer sans vous décourager, en vous réadaptant si nécessaire et en réinventant votre projet jusqu'à ce qu'il fonctionne. La qualité la plus importante est peut-être d'avoir du cœur: vous devez être amoureux de votre projet et y croire à 200% et savoir exactement pourquoi vous le faites.Mme Riera s’inspire de Gandhi, et en particulier de ses mots: «Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde».
arrow

Dhaval

5ème promo
close
Monsieur Nayi n’a plus qu’une année d’études à effectuer à la University College London au Royaume-Uni et est porté par l’entrepreneuriat social, notamment dans le domaine de l’éducation. Il a travaillé plus d’un an au sein d’une start-up médicale appelée Medic Mind. Il s’est impliqué dans le projet The Youth Project UK pour les personnes sans-abris et avec la UCL Hindu Society, la UCL Climate Action Society et la UCL Jain Society.Monsieur Nayi adore non seulement apprendre, notamment tout ce qui a attrait à la science, mais également transmettre son savoir. Pour lui, pour avoir du succès dans le monde de l’entrepreneuriat, il faut être passionné et croire profondément en son domaine ou son produit. Il faut également faire preuve de patience, de résilience et de persévérance. Il souligne également l’importance d’être flexible. Monsieur nayi aime jouer au tennis, au cricket et nager. Il a commencé à pratiquer l’haltérophilie il y a trois ans. Durant Press Start, Monsieur Nayi souhaite travailler sur un système de cours qui permettrait d’aider les étudiants dans leur parcours académique, grâce à des mentors en ligne.
arrow

Eric

4ème promo: projet Meet’Asso pour favoriser la coopération entre les associations
close
Eric, né et habitant à Paris dans le 13ème, a fait un programme Pôle Paris Alternance à Paris dans le 14ème et une Certification de formation à la gestion associative. Il a découvert le programme Press Start au Salon des Entrepreneurs. Il s’est inscrit au programme pour pouvoir réaliser au mieux son projet Meet'Asso, consistant à favoriser la coopération entre les associations en trouvant des jeux, dispositifs, moyens et solutions innovantes pour favoriser les rencontres, échanges et collaborations entre associations. Ce projet d’Eric promeut aussi la vie associative auprès des citoyens, accélère les projets associatifs par la mise en relation et la visibilité et transmet un message dynamique du milieu associatif.Lors de Press Start, Eric souhaite acquérir les outils et formations, notamment de pitch et de modèle économique, afin de pouvoir pérenniser son projet sur le long terme. Il s’est aussi inscrit à Press Start pour rencontrer tous les autres lauréats et bien sûr découvrir et discuter de leurs concepts. Eric compte se diriger vers la voie de l'entrepreneuriat, et plus particulièrement dans l'ESS. Il dit qu’il lui faut vraiment cet esprit entrepreneur, et mieux comprendre les enjeux de la société actuelle. Il se dit comme une personne de nature hésitante et sait qu’il y a beaucoup de freins à la création d'entreprise, face à l'ampleur du travail et de l'intelligence dont il faut faire preuve.En 2016, Eric a fondé une association étudiante “The Happiness Factory”, qui met en relation les compétences des étudiants et les projets événementiels qui sont votés tous les mois. Cette expérience lui a fait prendre conscience de son esprit d'entrepreneur. Au cours de 2017 et 2018, il effectue un Service Civique avec le programme Rêve et Réalise d'Unis-Cité. Eric dit que pour être entrepreneur, il faut “développer le sens de l'organisation, l'esprit stratégique, une capacité managériale, du courage (prise de risque), une capacité à s'engager à long terme sur un projet, l'énergie, une aisance orale et des compétences en community management.”Eric aimerait incarner Elon Musk car il met des challenges irréalisables dont personne ne croit au début, puis à la fin dont tout le monde se sert. Il prend l’exemple d’Elon Musk surtout pour sa liberté des idées, se donnant les moyens pour les réaliser.Enfin, Eric est passionné par la photographie et fait régulièrement des sorties photos dans Paris avec un groupe de passionné de photographie, avec pour objectif de devenir photographe professionnel. Il aime aussi le basket, faire du piano et monter des vidéos !Ce que les autres disent d’Eric :Eric a une grande force de travail, aime se dépasser et se challenger. Il est très pro-actif et a conscience de ses difficultés pour tout mettre en œuvre pour les résoudre. Eric est une personne investie sur toutes les questions de solidarité à tous les niveaux. Par ailleurs, il est très investi dans la vie d’équipe. Eric est d’une grande ressource pour ses collègues en proposant soutien, conseil et animation du collectif.En vrai porteur de projet, il sait gérer et mettre en place un projet solidaire à fort impact. Ses expériences scolaires et professionnelles lui ont donné également une très bonne connaissance à la fois du milieu associatif et plus largement de l’ESS. Par ailleurs, Eric sait comment développer un réseau et fédérer autour de son projet. Enfin, ayant créé son association, il a développé d’excellentes compétences en gestion de projet et management d’équipe.
arrow

Guylaine

4ème promo: agence de relooking
close
Elle a étudié à l'University of Greenwich en Angleterre et a connu Press Start via une ancienne lauréate. Elle veut participer au programme pour avoir un nouveau départ pour son entreprise, en acquérant plus de connaissances autour de son concept et s'épanouir. Dans le passé elle a créé une marque de vêtements mixtes avec une très bonne amie. Pour être entrepreneur, Guylaine dit qu'il faut être déterminé, volontaire et ne jamais laisser tomber les bras.Le concept de Guylaine est une agence de conseil en image pour le relooking, portée ur l'humain. Elle se concentrera sur l'écoute des réels besoins de ses clients pour les satisfaire, et comprendre l'envie de leur changement. Elle a pour role model Naomi Campbell qu'elle trouve charismatique et a une manière d'imposer le respect.
arrow

Ioana

4ème promo: entreprise d’ateliers de photographie et création visuelle pour les mineurs réfugiés
close
Née le 25/07/1987 à Ploiesti en Roumanie, Loana habite à Paris et a étudié à la Free University of Amsterdam. Loana a découvert Press Start sur le site de l'Auberge de la Solidarité et elle a voulu se joindre à l’aventure grâce à son intérêt particulier à l'entrepreneuriat responsable, l'ESS, le développement durable, et l'innovation sociale. Loana a un fort désir de travailler en autonomie et en synergie avec une équipe dirigée par la solidarité et l'action sociale.Loana a toujours documenté son travail à travers la photographie et son projet entrepreneurial serait de créer un atelier de photographie et de création visuelle pour les mineurs réfugiés, comme un moyen de raconter par leurs propres perspectives l'histoire de la communauté qu'ils vivent tous les jours, en utilisant la narration et les matériaux visuels. Elle souhaite rassembler des jeunes migrants pour qu'ils s'impliquent dans des essais photographiques et vidéos courts métrages, qui pourront constituer des témoignages capables de déclencher des actions personnelles et sociales.Loana aimerait partager ses expériences d'entrepreneuriat et apprendre des connaissances d’autres entrepreneurs dans le groupe. Loana a fait un stage deservice civique à Lisbonne, lorsqu’elle a pu développer un projet de rue visant à réduire l'analphabétisme et à augmenter la motivation pour l'apprentissage parmi les enfants et les jeunes issus de milieux défavorisés. A ce moment là elle s’est tellement impliquée dans le travail socio-éducatif et entrepreneurial que c'est devenu sa passion. Au fil des années elle est restée active dans ce domaine stimulant et enrichissant où l'autonomisation de chacun occupe une place de très grande portée. Loana fait du bénévolat pour l'association Utopia56, qui milite pour les droits des réfugiés nouvellement arrivés; elle accompagne les mineurs migrants vers les lieux de mise à l’abri et elle va chercher les personnes mises à l’abri.Pour être entrepreneur, Loana dit qu’il faut être curieux, débrouillard, résilient, bienveillant, adaptable, passionné. Elle dit que dans toute action entreprise que l’on doit sortir de sa zone de confort, qu’il faut de l'audace pour prendre des risques, de l'envie pour apprendre à apprendre, et surtout croire en ses projets.Loana a été médiatrice sociale et culturelle indépendante, lorsqu’elle a aidé et facilité le processus d'inclusion sociale pour les communautés marginalisées de familles roms, récemment déménagées de Roumanie à Berlin. Elle a aussi été facilitateur d'apprentissage, soutenant les écoliers défavorisés avec leurs devoirs et leurs activités extra-scolaires dans un centre socioculturel qui sert de point de rencontre entre les habitants et les nouveaux arrivants.Loana adore Miles Davis, parce qu'il fut à la pointe de beaucoup d'évolutions dans le jazz et s'est particulièrement distingué par sa capacité à découvrir et à s'entourer de nouveaux talents. Elle adore surtout sa citation: “Do not fear mistakes - there are none.”
arrow

Inès

5ème promo
close
Inès est une jeune femme de 27 ans qui est née à Forbach, en France, et qui vit à Kerbach près de Metz. Elle est diplômée en sociologie à l’Université de Metz.Inès recherche auprès du programme Press Start l’occasion de faire du développement personnel, de rencontrer de nouvelles personnes et de prendre de nouvelles initiatives, en général comme dans le domaine de l’entrepreneuriat. Ce qui la motive, c’est de se focaliser sur la culture au sein de la région Grand Est en France et de créer des événements comme des concerts de Hip-Hop.Elle pense qu’un entrepreneur qui réussit est un entrepreneur qui est sûr de son projet, qui est ouvert d’esprit, passionné et organisé. Elle est bénévole au sein d’une association, Banlieus’arts, car elle est passionnée de musique et d’événements culturels. Sylvester Stallone l’inspire du fait de sa détermination et de sa persévérance, même dans les conditions les plus extrêmes.
arrow

Karan

5ème promo
close
Karan Gangurde vient d’avoir 21 ans qui habite à Birmingham et étudie à la King Edwards School au Royaume-Uni. Il souhaite devenir un entrepreneur ; il estime que ce style de vie est le plus susceptible de changer la société. Il souhaite rejoindre Press Start dans le but d’acquérir des compétences entrepreneuriales et élargir son horizon. Il a son actif créé une entreprise de vêtements vintage, Vintage Threads (www.vintagethreads.eu/shop).Monsieur Gangurde aime voyager, faire de la boxe, dessiner et jouer au cricket, et il a passé beaucoup de temps à l’étranger. Il a également fait du bénévolat dans des hôpitaux aux Royaume-Uni et en Bulgarie, notamment dans le cadre de ses études en médecine. Il a déjà de l’expérience comme rédacteur publicitaire en freelance et a la qualité d’être polyvalent en faisant appel à ce qu’il a appris et en l’appliquant de manière concrète. Il pense qu’un entrepreneur qui a du succès est un entrepreneur qui a toujours besoin d’apprendre davantage et qui ne s’arrête jamais.
arrow

Khawla

4ème promo: entreprise d’expositions artistiques et engagées
close
habite à Marseille et est née en Algérie.Khawla a fait l'université à Aix Marseille et a entendu parler de Press Start via son service civique. Elle aimerait approfondir ses savoir faire qu'elle a acquise lors de son service civique. Elle a déjà créé une page Facebook vendant des produits personnalisés qu'elle confectionne. Pour être entrepreneur, elle dit qu'il faut persévérer et avoir confiance en soi.Khawla aimerait plus tard via son projet faire des expositions photos engagées, vendre ses créations artistiques liées à la peinture (sur toile, porcelaine, tissu) et aider socialement et culturellement toutes personnes partageant des valeurs éthiques et engagées. Elle a été chroniqueuse à la radio (Gazelle) qui lui a permis de toucher à une grande audience et véhiculer un message de soutien à des causes sociales.Khawla a réussi à faire un diplôme de photographie à distance. Elle aimerait surtout être utile à soi même et à un maximum de personnes. Elle est bénévole à Hameb Marseille, une association qui lutte pour les droits du peuple Rohingya. Elle organise aussi des maraudes avec les sans-abris à Marseille.
arrow

Laura

4ème promo: projet de formation digitale autour de la communauté, la sexualité et l’égalité des genres
close
Ayant fait ses études au CNED (Paris Sorbonne), Laura a entendu parler de Press Start via un ancien lauréat. Elle n’a jamais fait du WWOOFING et a hâte d’être à la ferme à Os Figueiros en mai 2018. Laura est toujours à la recherche de nouvelles idées à mettre en œuvre. Etant dans le domaine de la vidéo, et voulant faire de l'éducation sexuelle sur le web, elle souhaite être auto-entrepreneur pour acquérir une liberté d'expression. Pour être entrepreneur, Laura dit qu’il faut des idées, de la motivation et surtout de la patience.Laura souhaite développer un concept autour de la communication, la sexualité et l'égalité des genres, avec une partie sur le terrain et des formations pour les écoles, les entreprises. Une autre partie du projet sera sur le web avec des contenus vidéos (exemples : documentaires, web-série, court-métrage)Laura est partie 6 mois seule à l'étranger dans le but d'apprendre l'anglais et développer son potentiel vidéo. Elle adore Freddie Mercury, parce que "I want to break free" de Queen en 1984 ! Elle aimerait combattre le sexisme jusqu'à son abolition ! Laura est bénévole chez Coexister Marseille depuis 2017 en tant que secrétaire et responsable communication. Elle couvre la communication des événements et il lui arrive aussi de les organiser aussi.Ce que les autres disent de Laura :Laura est foncièrement une bonne personne avec un esprit aigu pour la justice. Elle est aussi professionnelle dans son approche de la réalisation vidéo. Elle gagne rapidement la confiance de ses pairs et se montre à la hauteur de ses engagements.Elle se donne à fond, et fait des gâteaux de niveau de maître auprès des groupes qu'elle aime ! Elle a déjà mené des projets d'éducation dans lesquels elle a pu montrer de la détermination et de la ressource. Ses compétences forcent le respect, et ce respect se transforme en écoute active qui peut être la base d'un leadership solide.
arrow

Manon

5ème promo: création de cours de mathématiques sciences pour les enfants sourds et malentendants
close
Manon Villot-Kadri est une jeune femme de 27 ans qui vit à Thiais, en Île-de-France. Elle a étudié à l’Université Paris-Sud et a eu de nombreuses expériences professionnelles. Cela fait longtemps qu’elle souhaite mener à bien un projet qui a du sens pour elle. Elle a été au Portugal et au Luxembourg dans le cadre d’une mission de plantage d’arbres, notamment en entretenant le jardin d’un château.Madame Villot-Kdari a travaillé au sein d’une ONG consacrée à la danse, notamment auprès des jeunes des quartiers sensibles. Ce projet est devenu une entreprise à part entière et elle est fière de l’avoir vu se développer. Elle s’est récemment engagée chez Médecins du Monde pour faire la promotion de l’analyse des drogues consommées par les personnes toxicomanes dans le but de minimiser les risques de consommation de drogue. Son engagement dans le secteur des ONG l’a déterminée à créer son propre projet entrepreneurial.D’après Manon, un entrepreneur qui réussit est un entrepreneur qui croit en son projet et qui persévère. Il doit également avoir des qualités humaines et être aisé avec les aspects techniques de son projet. Elle considère que là où il y a un besoin, il y aura un entrepreneur qui sera capable d’y répondre.Le projet de Madame Villot-Kadri consiste en la création de cours et mathématiques et de sciences pour les enfants sourds et malentendants, qui n’ont pas accès à ce type de dispositif. Elle souhaite également mener une recherche sur la langue des signes et son lien avec les sciences dures. A long terme, elle désire créer un centre éducatif faisant la promotion de nouveaux modèles pédagogiques et de méthodes d’apprentissage pour les enfants sourds comme ceux qui ne le sont pas.Le rêve de Mlle Villot-Kadri était de travailler pour la police criminelle. Elle a pu travailler dans un laboratoire de la police criminelle pendant deux ans mais c’est une expérience qui l’a déçue, car elle a pu voir la réalité, qui est que ce sont surtout ceux qui ont le moins de ressources qui peuvent le moins se défendre dans le système judiciaire actuel. Nelson Mandela l’inspire pour ses enseignements, son humilité et sa persévérance.Madame Villot-Kadri pratique les danses orientales, contemporaines et le hip-hop, et elle est également bénévole chez Green Bird, une ONG dont l’objectif est d’aider à l’entretien des rues de Paris quelques heures par mois. Elle prépare également le concours de lecture rapide.
arrow

M'hamed

5ème promo: création de son ONG Being Human
close
M’hamed Fahhama vient d’une petit ville nommée Crépy-en-Valois dans l’Oise. Il a 31 ans et a été au lycée Jean Monnet dans cette ville. Monsieur Fahhama a souhaité prendre part au programme Press Start afin d’étoffer ses expériences dans le domaine des ONG. Il a ouvert un institut de bien-être et a fondé sa carrière sur sa passion pour la danse. Lors du programme Press Start, il souhaite travailler sur la création de son ONG Being Human (Être Humain).Dans la continuité de son projet, monsieur Fahhama voudrait créer une marque. Il a mis en place de nombreux événements culturels et artistiques centrés sur l’humain. En avril 2019, il a organisé une représentation de danse et collecté des fonds pour aider les enfants trisomiques au Maroc. Il est également le président de l’association “I need to dance” à Crépy-en-Valois. Pour finir, il est passionné de danse, de boxe, de football et il fait également du karaté.
arrow

Michael

5ème promo
close
Michael McLaren est étudiant de 21 ans qui joue dans l’équipe de football de la Cardiff University, au Royaume-Uni, et avant au Henley College à Londres, où il étudiait.Pendant Press Start, il souhaite travailler sur le bien-être, notamment en créant plus de stimuli et d’opportunités. Il pense qu’une fois qu’une personne sait ce qu’elle veut dans la vie, elle peut en faire son style de vie. Tout au long de ses études supérieures, il avait un set de lavage pour voiture et faisait du detailing , car il était passionné d’automobile et a pensé que c’était un bon business à développer dans la petite ville où il vivait. Son but dans la vie est de rendre la vie des autres meilleures. Pour lui, un bon entrepreneur est un entrepreneur qui sait aider autrui ou agir pour l’environnement et qui sait comment élever autrui. Il a eu l’occasion d’apprendre à des enfants handicapés à faire de l’équitation.
arrow

Olympe

4ème promo: entreprise d'événementielle culturelle
close
Olympe a connu Press Start via l’association Unis-Cité, et a voulu s'inscrire pour concrétiser son projet, l'enrichir et le faire mûrir. Elle souhaite surtout rencontrer des entrepreneurs et des experts pour l'inspirer. Olympe a voyagé 5 mois au Laos en 2016 pour réaliser un projet solidaire, ce qui l’a vraiment encouragé à entreprendre. En 2017-2018 elle a participé à un service civique avec le programme de Rêve et Réalise où elle monte un projet qui aide à l’organisation d’un événement culturel à Argenteuil pour démocratiser la culture et valoriser les acteurs locaux.Le projet d’Olympe sur le long terme consiste à démocratiser la culture en la rendant accessible à tous, de faire découvrir de nouvelles initiatives artistiques à la population et de valoriser les artistes et associations locales. Sa structure organisera des événements culturels gratuits en mélangeant les disciplinesOlympe dit qu’elle aimerait être une personne très dynamique et optimiste, des idées plein la tête. Elle aimerait être une personne sociale qui n'a pas de difficultés à aller vers les autres et qui sait s'affirmer. Elle aimerait voyager le plus possible, pour visiter des endroits et aller à la rencontre d'autres populations, découvrir de nouvelles cultures, notamment en Afrique.Olympe est engagée en tant que cheftaine scoute aux Scouts et Guides de France. Elle s'occupe de la branche des 11-14 ans et elle les accompagne tout au long del'année pour réaliser des projets et faire des activités puis deux semaines en camp d'été. Elle est également bénévole Solidarité Sida, récoltant des fonds en ayant à des événements musicaux sur Paris.Actuellement en année de césure, elle compte reprendre des études à la rentrée dans la communication (domaine culturel/médias) pour se doter de compétences afin de mener son projet entrepreneurial.Ce que les autres disent d’elle :Olympe est dotée d'une bonne capacité d'adaptation. Dans le cadre de son projet, elle se challenge personnellement et professionnellement. Elle est force de proposition et d'initiatives. Elle aime le mouvement, la collaboration et les dynamiques de groupes. Elle a de bonnes capacités à travailler en groupe. C'est une personnalité investie dans la cohésion d'équipe et se trouve porteuse d'initiatives pour favoriser la bonne entente. Eprouvant un grand intérêt pour la culture sous de nombreuses formes; elle aime partager ses idées et ce qu'elle déniche.
arrow

Robbynne

4ème promo: marque en ligne de vêtement prêt à porter, Rojoya
close
Née à Kinshasa, Robbynne habite maintenant à Bondy en Seine-Saint-Denis et est allée à Emile Dubois dans le 14ème arrondissement pour sa formation BTS Assistante de Gestion. Pendant cette formation, elle a fait un projet de développement de la PME qui avait beaucoup de problèmes financiers et elle a réussi à faire face à cela !Robbynne aimerait créer sa marque de prêt à porter et combiner le digital. Le nom de sa marque sera Rojoya, venant de différents prénoms (RO, les deux premières lettres de son prénom ; JO, les deux premières lettres du prénom de sa mère Joséphine ; YA, les deux premières lettres de son nom de famille Yala). Rojoya est une marque de prêt à porter sur internet qui sera à son image streetwear/chic dédiée aux femmes et jeunes femmes à l'international.Elle aura aussi une application Rojoya pour promouvoir la diversité de la beauté des femmes. Robbynne aime la mode et elle aimerait partager sa vision. Elle est créative et aimerait que ses produits mettent en valeur le corps de la femme sans être vulgaire. Elle a hâte de travailler avec des futurs employés dans de très bonnes conditions.Elle a entendu parler de Press Start par la mission locale de sa ville et a voulu participer parce qu’elle espère que cela sera un vrai tremplin pour Rojoya ! Robbynne est quelqu’un qui sait saisir les opportunités qui s’offrent à elle. Elle fait du sport en salle fitness et adore la streetwear.Lors de Press Start, Robbynne espère acquérir lors de Press Start de solides bases pour le futur, prendre en confiance, ne pas avoir peur de prendre des risques car elle veut vraiment se lancer dans l'entreprenariat avec Rojoya. Elle a hâte de sortir de sa zone de confort et “mettre en pratique la pyramide de Maslow” dans sa vie.Elle a toujours rêvé grand depuis le lycée et elle a la volonté d’apprendre pour mieux apprivoiser le futur. Au fond elle a toujours été ambitieuse mais n’était pas assez convaincu par soi même. Après avoir effectué son tout premier job, cela l’avait “anéanti” et elle a rapidement eu la volonté de vouloir être libre via l’entrepreneuriat. Pour être entrepreneur selon Robbynne, il faut être ambitieux (rêver grand), êtrecourageux, consciencieux, vouloir être libre, déterminé et passionnéGrâce à Press Start, Robbynne compte avoir encore plus confiance en soi, montrer son côté de battante, mettant plus de culot et d’audace dans ses projets et s’accomplir dans tous les domaines de sa vie ! Elle souhaite être une inspiration pour les autres dans sa vie et via sa marque ! Enfin, elle aimerait être heureuse dans tous les domaines de sa vie et dans la meilleure version de soi-même ! Robbynne incarnera tout cela.
arrow

Ruhee

5ème promo:
close
Ruhee Shariff est étudiante en philosophie de 21 ans à la Cardiff University et qui a également été au Bampton College au Royaume-Unis. Elle est enthousiaste à l’idée de développer ses compétences en leadership , de prendre des risques et de communiquer davantage durant Press Start. Elle est motivée à devenir entrepreneuse plus tard dans la vie. Elle a fait du bénévolat auprès de la Fondation Aga Khan , au projet jeunesse (TYPUK) , à Leo’s Hendson et à l’association caritative le Mind Charity.Elle croit que pour devenir entrepreneuse, il faut prendre des risques, innover et être passionnée par ce que l’on crée. Elle a participée dans le passé à plusieurs collectes de sans-abri avec (TYPUK). Elle aime la zumba et la salsa et en général , elle adore danser. Elle aime aussi la photographie et l’édition de photos.
arrow

Sajjad

5ème promo: initiative visant à comprendre l’impact des décisions d’achats des consommateurs
close
Mr Sajjad Dar, âgé de 22 ans, est étudiant en 3ème de Géographie (BA) à l’université de Durham à Londres. Il est passionné par des sports comme le rugby , le football et le volleyball. Il aime résoudre les problèmes et sortir des sentiers battus.Il est non seulement barman au Van Mildert College, mais aussi représentant d’une organisation caritative appelée COCO (Comrades of Children Overseas) qui organise des évènements de charité. Il a été également été entraîneur adjoint au Kilburn Cosmos Rugby Football Club Limited et manager dans un magasin chez Samsung.Mr Dar s’est porté volontaire pendant plus d’un an pour organiser des collectes de vêtements pour Cancer Research UK.Il a toujours aimé aider les autres et participer aux collectes des sans-abris de TYPUK quand il était au lycée.Il s’est porté volontaire en Grèce dans le cadre du projet Elea pour organiser des cours quotidiens dans un camp de réfugiés à Eleonas et à rédiger sa thèse sur la vie dans ces camps.Auparavant, Mr Dar participait à des concours d’entreprise et a appris l’importance de communiquer en groupe de manière collaboratif.Il a appris par cette expérience l’importance d’être courageux et a compris l’importance de prendre des risques calculés pour avoir un impact important. Il a été chef de la publicité du Durham University Charities Kommittee (Duck)et a appris à utiliser les médias sociaux en ce qui concerne le monde associatif.M.Dar affirme que le fait d’avoir un objectif clair, d’être passionné, travailleur et d’être audacieux est la clé du succès pour réussir en tant qu’entrepreneur. Le projet sur lequel se concentre M.Dar pour Press Start est une initiative visant à comprendre l’impact des décisions d’achats des consommateurs.
arrow

Samra

5ème promo: créer une agence de voyage de réseautage
close
Samra Yakoubi a 24 ans. C'est en 2014, lorsque Mme Yakoubi a participé à un programme de solidarité jeunesse appelé " Dremer’s "avec Creavif , c’est là qu'est née une réel sensibilité à l'entrepreneuriat social. C'est ce qui l'a inspirée à participer à la 6e promotion d'IMPOWER de YAKA, lui a permis de se rendre en Haïti dans le cadre d'un échange interculturel.A ses yeux, le meilleur projet auquel Mme Yakoubi a participé s'appelait "baguette pour tous". L'idée derrière ce projet était que les clients achètent une baguette supplémentaire dans une boulangerie pour la donner à quelqu'un dans le besoin. Pour Mme Yakoubi, une entrepreneuse est une personne qui peut organiser efficacement son temps et reconnaître la valeur potentielle de chaque minute qui passe. À cela s’ajoute l’idée de sacrifice : la nécessité d’abandonner votre temps libre et de mettre votre vie sociale en attente pour réaliser votre projet. Une entrepreneuse doit être réaliste mais ne doit pas non plus être freinée par les limites qu'elle s'est imposé.
arrow

Shweta

5ème promo: projet pour lutter contre le changement climatique
close
Shweta Dalmia est une étudiante de 22 ans originaire de l’Inde qui étudie à l’University College London au Royaume-Uni. Elle n’est pas encore venue en France auparavant. Elle est un membre active de la commission politique de l’UCL sur la communication de la science du climat depuis 2018. Elle est également sous-secrétaire des évènements à l’UCL Climate Action Society depuis 2018 et a été étudiante en échange à l’Université Amity à Londres.Ses études ont porté sur la biotechnologie médicale et elle est maintenant à la recherche d’une maîtrise en science (MSc) en changement climatique.Shweta souhaite participer à Press Start pour apprendre et réfléchir avec le groupe.Le projet sur lequel Shweta souhaite se concentrer est lié au changement climatique ; elle veut lutter pour que les gens aient un impact réel.Auparavant , elle était coordinatrice de l’action pour le climat auprès du Centre des Nations Unies axée sur COP22+. Elle a également travaillé dans divers hôpitaux de Delhi en tant que stagiaire en conseil génétique.Shweta définit le succès d’un entrepreneur comme le fait d’avoir la force de supporter les difficultés et les échecs et d’avoir le désir de faire quelque chose.Elle se concentre sur la pleine conscience , la reconnaissance et l’action.Elle travaillera avec Malini Mehra, fondatrice indo-européenne du Conseil des Nations Unies en tant qu’organisatrice mondiale des législateurs notamment dans le cadre de la semaine de l’action pour le climat à Londres, du 1er au 8 juillet 2019.Vous pouvez écouter Mme Dalmia ici sur youtube parler de l’importance de la lutte contre le changement climatique :https://www.youtube.com/watch?v=f7Y5viYFrFE&t=525s.
arrow

Suprio

5ème promo
close
Mr Paul est un étudiant de 24 ans originaire d’un petit village de l’Inde, ayant étudié à l’université de Sheffield au Royaume-Uni.C’est un jeune scientifique médical qui est motivé à construire des projets autour des personnes et du monde. Il souhaite réduire la distance entre le produit et les consommateurs.Mr Paul a inventé un chewing-gum en poudre de tamarin ! Il crée des entreprises depuis l’âge de 12 ans , d’abord avec son père qui a ouvert un petit marché alimentaire avec des bonbons faits à la main pendant un festival local. Mr Paul à également fait du bénévolat à l’Université Amity et a été chef du comité de gestion durant sa 3ème année.Il a également rejoint à sa deuxième année J.A.X Cancer Foundation et Reaching sky Foundation et a été membre du comité.Il croit que ce qui fait le succès d’un entrepreneur, c’est une forte détermination, le courage de commencer et de rester sur la bonne voie tout en gardant la tête haute et le désir de s’améliorer et d’avoir le pouvoir de rêver.M. Paul est un joueur de cricket passionné et a été capitaine de son collège. Avec Press Start ce sera sa première fois en France.
arrow

Thaïs

5ème promo: une plateforme en ligne pour promouvoir un design responsable (Design Makes Sense)
close
Thaïs Dol, 21 ans, est née à Béziers en France et vit actuellement à Paris dans le 15ème arrondissement de Paris. Elle a étudiée à l’école nationale supérieure des arts appliqués et des métiers d’art (l’ENSAAMA) Olivier de Serres à Paris et est une jeune étudiante du programme impower de Yaka depuis novembre 2018. Elle est partie avec YAKA en juillet et août 2019 au Sénégal avec le programme IMPOWER de la 8e promotion. Elle a décidée de faire appel à Press Start pour se concentrer sur ces compétences entrepreneuriales.Thaïs n’a jamais réalisé d’activités de WWOOFING auparavant mais est très enthousiaste à l’idée d’effectuer le travail sur la ferme Os Figueiros en Juin 2019. Elle a toujours voulu devenir entrepreneuse. Quand elle était plus jeune , elle a lancée une petite entreprise de vente de bracelets dans son collège et dans le restaurant de ses parents, ainsi que plus tard, en ligne.Elle a également crée un blog sur la pâtisserie et s’est associée à une grande marque. Elle a pu obtenir une bourse de la fondation Zellidja qui lui a permis de voyager et de réaliser des documentaires , de collecter des fonds et de créer son projet de manière autonome. Elle croit que pour réussir en tant qu’entrepreneuse, il faut être aventureuse et courageuse pour se lancer dans l’inconnu. Elle dit aussi qu’il faut être réaliste , idéaliste, empathique et sensible.Pour Press Start, Thaïs se concentra sur son projet intitulé “Design Makes Sense”. Thaïs a été lauréate d’un concours spécial pour la maison de la Culture au Japon en juillet 2018. Ce programme lui a permis de découvrir le monde des entreprises japonaises.Elle a également prolongé son séjour au Japon afin de visiter le village zéro déchet appelé Kamikatsu. C’est là qu’elle s’est inspirée pour la première fois pour créer son projet Design Makes Sense.Ce projet entrepreneurial prendrait initialement la forme d’une plateforme en ligne pour promouvoir un design responsable. Thaïs a constaté que la plupart des gens ne comprennent pas ce que c’est le design, l’associant généralement à la décoration ou au luxe.Elle souhaite valoriser le travail des designers et sensibiliser à leur nature écoresponsable. Ainsi, elle souhaite rassembler tous les projets engagés pour encourager les nouveaux concepteurs à avoir plus d’options. Elle a déjà commencé son projet en France, en Estonie et au Mexique. Son site web rassemble ces informations ici : www.designmakessense.org.A long terme, Thaïs souhaite créer une école de Design responsable intégrant sociologie et conceptions de manière éco-responsable.Elle est passionnée par l’éducation, va souvent au musée, au théâtre et elle est une dessinatrice passionnée. Elle sait comment créer des vidéos et prendre de belles photos et est en outre passionnée de cuisine.
arrow

Usama

5ème promo: fonder sa propre fondation sur la mobilité sociale
close
Usama Yusuf, 19 ans, est un grand fan de football qui s’intéresse à la politique et a toujours été enthousiaste à fonder sa propre fondation sur la mobilité sociale. Pendant Press Start, il aimerait se concentrer sur la construction de cette fondation et ce sera sa première fois en France.Il est senior à l’University College London (UCL) à Londres et a eu beaucoup d’opportunités qui lui sont venues malgré son milieu défavorisé.Il dit que c’est grâce à ses conseils et à sa bonne mentalité qu’il a pu tirer parti de ses possibilités.Dans le passé, il appris à générer et à tester des idées grâce à des cours qui lui ont enseigné des techniques commerciales et des stratégies de marque , sur les structures et la levée de fonds.Il a également travaillé pour une start-up où il a appris l’importance des équipes et la nécessité de persévérer pour progresser.Il a vu la start-up passer de 1 à 20 employés.Usama a déjà eu une expérience de bénévolat , auprès d’un médecin généraliste et a été déjà mentor pour des étudiants ayant des problèmes de comportement. Il se consacre à aider les étudiants à trouver un stage en banque et en conseil.Il a prononcé divers discours et conférences pour inspirer d’autres jeunes à propos de son parcours initial.M.Yusuf croit que , pour réussir en tant qu’entrepreneur il faut bien réfléchir et être sincère pour résoudre les problèmes.Il faut aussi travailler dur, être déterminé, persévérer et savoir établir des priorités.Mr Yusuf a déjà eu quelques expériences entrepreneuriales, comme celles d’avoir co-fondé et présidé la Guilde UCL, une alliance entre cinq des plus grandes sociétés de l’UCL et tous les partenaires à l’étranger. Les cinq sociétés sont la Data Science Society, Women in Finance Society, Business Society, Entrepreneurs Society et Investment Society.Pour la Guilde , M.Yusuf a collecté 30 000£ pour aider les étudiants à atteindre leurs objectifs.M.Yusuf aime Ted Talks , des émissions de télévision américaines comme Billions and Suits.
arrow

Yassine

4ème promo: projet de média alternatif pour mettre en avant des acteurs culturels de la région Grand Est.
close
Yacine a un BPJEPS (Brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et des sports) de la CFA Camille Weiss à Forbach. Il a connu Press Start grâce à l'association Banlieus'Art. Yassine a l’expérience à rédiger des projets, les mettre en oeuvre et assurer le bon fonctionnement de l’organisation ainsi que des équipes pédagogiques. En juillet 2017, Yassine a été directeur de centre aéré où il a eu une première expérience en tant que leader.Tous les projets antérieurs de Yassine portait essentiellement sur la responsabilisation et émancipation, des valeurs qui sont selon lui sont ancrées dans entrepreneuriat. Avec Press Start, Yassine souhaite accroître ses connaissances entrepreneuriales afin de pouvoir répondre convenablement et efficacement à ses projets personnels et associatifsEn devenant social marketer depuis 2016, Yassine a travaillé pour deux sociétés dans le marketing de réseau. Son but est d’atteindre une liberté financière, en toute autonomie en étant son propre patron, afin de mener à bien ses projets personnels. Selon Yassine, les qualités à avoir quand on veut devenir un entrepreneur sont avant toutes choses des valeurs, tels que l'authenticité, le sens des responsabilités, le respect (des règles, de soi et des autres), l'audace, des qualités en communication, faire preuve de recul, savoir déléguer, savoir prendre des risques, la bienveillance et l'ambition etc.Porté par les valeurs de l'ouverture aux autres, de l'échange, de l'unité et de l'indépendance, Yassine a ce projet qui mettra en avant les principaux acteurs culturels de la région Grand Est. A une époque où l’ère est au numérique, où les médias traditionnels ont pour la plupart tendance à se dématérialiser, Yassine souhaite créer un média alternatif, s'appuyant sur le pouvoir des réseaux sociaux, afin de promouvoir les cultures urbaines en Moselle (puis en France/Europe).Malgré les différents médias locaux qui se déplacent rarement aux événements hip hop, il n’y a pas de médias spécialisés dans le domaine. Yassine aimerait montrer les différents aspects de la danse. Considérée pour beaucoup comme une simple pratique sportive, il la présente comme un moyen d'expression, qui, malgré son influence à travers les époques et son évolution constante depuis plus de 30 ans, n'a pas la reconnaissance qu'elle mérite en France et à plus forte raison dans la région de Moselle.Ainsi, Yassine pourra mettre en lumière les centaines d'artistes et/ou organisateurs d’événements, qui sont contraints de s'entraider pour promouvoir leurs événements et tentent au mieux qu'ils le peuvent de pérenniser leurs cultures. Le projet de média de Yassine interrogera à travers un point de vu créatif tous ceux qui ont su se rassembler autour d’une passion commune, dans une société où “beaucoup de choses poussent les gens à se diviser”. Ce média favorisera les différentes formesd'expressions artistiques, le vivre ensemble et la citoyenneté en soulignant particulièrement le lien étroit entre le milieux associatif et les événement culturels.Au fil des années, Yassine a vécu une succession de différents échecs dûs au fait qu’il pensait par erreur qu’il n’y arriverait pas ! Mais il est reconnaissant pour ces échecs car avec ces expériences il arrive maintenant à s'adapter en fonction de la situation et à toujours repartir sur de nouvelles bases plus solides en s'appuyant sur les points positifs d'un problème.L’une des principales sources d'inspiration et de motivation de Yassine est James Brown parce qu”il “était l'homme de tous les superlatifs. Infatigable travailleur issue d'une population discriminée et d'un milieu social extrêmement pauvre, touche à tout, il était perfectionniste en studio comme dans la mise en place de ses shows. Il a eu une ascension fulgurante de part son talent naturel et son travail, mais aussi de par ses choix "politiques" ou ses engagements. Il fut l'un des premiers artistes à porter sa curiosité sur la commercialisation de sa musique et en y modifiant certains codes, il a contribué à l’émergence et la popularisation du rhytm'n'blues, de la soul et du funk, son influence a traversé les décennies, touchant les sphères disco, hiphop, electro et dance pour finir par marquer, encore aujourd'hui, tout musicien épris d’énergie et de générosité.”Yassine aimerait amener à terme ce qu’il entreprend et ce qu’il défend. Il aimerait pouvoir vivre de ce qu’il fait, faire ce qu’il aime et aimer ce qu’il fait ! C'est à dire: vivrede ses passions.Passionné par les cultures urbaines et de musique, Yassine a développé certaines compétences artistiques en danse et en musique, qu’il façonne depuis 2008. Il est membre de l'association Banlieus'Art qui a pour rôle le développement de la citoyenneté et de l'engagement de la jeunesse à travers différentes activités culturels telles que la danse ou le théâtre. Banlieus’Art propose également de l'aide aux devoirs et de l'accompagnement scolaire. Ils organisent aussi différentes rencontres débats sous forme de conférences, des interviews, des reportages et animent régulièrement leur propre émission radio développé sous forme d'application web.