YES Akademia- My experience, by Amy Faulkner

Article written by Amy Faulkner, October 26, 2016, while on her year abroad from Cambridge University.

Amy Bio Photo

Presentation : the diversity I have experienced through kaleidoscopic binoculars

My name is Amy Faulkner and I am currently on my year abroad in Paris and am interning for YES Akademia, a small for-social-profit global grassroots organisation. YES Akademia is an NGO committed to social profit on a multidimensional plane. It reaches within and beyond the hexagon where it was established in 2012 when founding Director Sarah Gogel brought the NGO from Boston to Paris to plant its roots in this bustling and highly politicised, bureaucratic bound country where it would soon blast through the clog of paperwork and completely redefine itself.

My experience working here has been, if I had to sum it up in one word, diverse. There is no end to what I have learnt so far and coming from knowing very little about the organisation beyond the main stages of their signature programme run for youth in France, I have plummeted from a rather vertiginous land in the clouds to land right in the core of the true raison d’être to this organisation. It’s been months of following travel blogs, braving emails in French, skirting around Paris to events and receptions, hellos and farewells and Nicaraguan hats to bring me to the present. How I perceive YES Akademia now is through kaleidoscopic binoculars in its multipurpose and catalytic engagement with youth.

Let me explain.

History and new look

YES Akademia, founded originally under the name of Global Potential in the US in 2007, is an association that opened up in France in 2012, working to empower 500 youth in France and partner countries every year (15-30 year olds). For those familiar with YES Akademia we call it YAKA, which also means hope in Wolof and in French is an expression that incites one to act. We have since September 1, 2016, a new logo in tricolour representing collaboration and convergence. With this bold new look and ambitions, we are going to launch a new partnership with a village in India this year, and many other exciting programs ! The signature programme ‘IMPOWER is currently recruiting the next leaders-to-be of the future from a whole range of different backgrounds to take part in a three-stage educational programme, dedicated to youth empowerment and leadership.

IMPOWER Signature Programme

The IMPOWER programme begins with a 8 month long period of workshops where the young people meet each week to discuss social themes as well as developing their leadership and entrepreneurial skills. Then, the ‘laureats’ enter into the second phase of the programme where they spend up to 45 days in one of our partner villages in Senegal, Haiti, Niacaragua, the Dominican Republic or India where they undertake small micro-development projects, internships and workshops as well as organising a forum in the village which is always a much anticipated event. The trips are specifically designed to encourage a truly culturally immersive and experience for the youth based on social justice, opening their eyes to another world that they might never have dreamed of experiencing. And finally the third phase takes place once the school year begins again in September. This is the time for the lauréats to undertake an independent and personal project, using the skills they have developed to make a difference to their community or communities abroad.

Kaleidoscopic Spiral of Goodwill- « un cercle vertueux! »

So, as for this kaleidoscopic spiral of goodwill to which I refer: the young people are trained and taught in a really diverse range of topics, encouraged to debate, form their own views, discuss, meet others in this dynamic setting. They are benefited as well as working to benefit others on their trips abroad: for them this is an eye-opening intercultural experience; for the locals they live with, they are a source of cultural learning too and an enthusiastic breath of fresh air who help to develop various aspects of their community life in a small but impactful way. They benefit also from firm new friendships, amongst themselves through the intense but rich and rewarding experience, and with the new people they meet abroad. These are contacts that will remain with them for the rest of their lives.

And finally they benefit others and are benefitted themselves through their own personal project: it is a project of self-development and one that gives something back to their community or to the world in a personal way. And this is all organised through the small but lively hub which is our colourful office in Pantin (just outside of Paris) where young interns like myself are benefitting (helping out this wonderful for social profit) and are themselves benefitted: my perspective on Paris has completely changed since joining the organisation and I have discovered a small family in the somewhat exclusive capital. Many people join the programme in search of something more, to learn and grow as a person, seeking a sense of community. They end up as a buzzing and socially engaged group of young people and the world gains 26 new visions of its future. Is there a word for a healthy vicious cycle? 

Inspirational and inspiring youth

I recently met one of the ‘lauréats‘ this year who travelled with us to Senegal called Nadjma Kara, a really lovely and enthusiastic 21 year old and listening to her talk about the plans for her project is truly inspiring. Najdma wants to inaugurate a sort of nursery school which would provide both educational and recreational support for young children in Comoros, a small island off Africa’s east coast. Both of Nadjma’s parents were born in Comoros and having visited several times herself, the small island is important to Nadjma’s story. Her life in Paris has made her realise that there is a real lack of this sort of opportunity for children in Comoros. Nadjma, however, recognises the difference this makes to a child’s social development at such a crucial stage of their lives. Before these projects have even begun to be put in place, it is clear to see that YES Akademia has helped to bring the innovator, the problem solver and the future change makers of our world out from the corners of society. Where have these people hiding?

Sofiane Bouarif is another ‘ancien laureat’ but from the very first programme, and another face to truly admire. Having come from being an aspiring young entrepreneur, he has subsequently remained with the organisation and joined the team as a member of staff, travelling to Nicaragua and Haiti. These trips have truly inspired him, opened his world up to the idea of boundless opportunity and allowed him to meet new people, grow in confidence under a truly cosmopolitan and dynamic structure.

Uprooting the Stereotypes to Uplift the Future

What these two laureates have in common is their home, what they do not, their heritage. Both Nadjma and Sofiane grew up just outside of Paris, in La Courneuve and Noisiel, the Parisian banlieues that are often times unjustly stigmatised in the media. The injustice only really became evident to me in my last couple of months working here. Meeting people like Sofiane, of Algerian heritage, and Nadjma whose parents are from the small island Comos, has imploded any misconception I might have construed from hearing about the marginalised suburban areas around Paris on the news at home in the UK.

Socially engaged, driven, inspiring, determined…I could continue for a long while yet on the glowing adjectives that I would associate with these young people. Nadjma is now currently working towards a degree in Law at UPEC university in Créteil and Sofiane is studying Economics at ENS, one of the most prestigious universities in Paris.

I have never felt more uplifted for the future of our world than I do right now.

Thank you YES Akademia.

« Pourquoi la deuxième phase est la plus simple ? » Par Miguel Mendes Pereira

Par Miguel Mendes Pereira, chargé de développement YES Akademia

miguel mendes perreira

Le projet IMPOWER de YES Akademia se découpe en trois phases. Si la première phase est une phase de réflexion, de prise de conscience, la deuxième semble à priori la plus compliquée. Qui s’imagine vivre dans un village avec des étrangers (bien que nous soyons les réels étrangers) à l’hygiène douteuse et au régime alimentaire insolite ? Tout le monde aime Rendez-vous en Terres Inconnues ou Koh Lanta, mais la plupart aime ça de loin. Contrairement aux idées reçues, c’est bien plus simple qu’on ne le croit ! Le titre paraît provocateur et racoleur, mais j’en suis persuadé, croyez-moi !

Tout d’abord, on vit dans des conditions difficiles avec une très forte chaleur (ce qui ne serait pas pour nous déplaire en ce moment), sans eau courante ni électricité, ce qui ferait dire à chacun d’évidence que je suis un menteur. Seulement, je vous affirme que cette expérience est très simple à vivre. Je continue mon récit. Les habitations sont d’une architecture sommaire, les toilettes n’ont pas de cuvettes pour la plupart (sauf celles de chez moi bien sûr) et le living room n’est même pas pourvu d’un toit. Il n’y a pas de centres commerciaux, de cinémas et de salles de sport. Les routes ne sont pas pavées, les systèmes de communications sont inexistants ! Vous ne me croyez toujours pas? Explications…

Du latin simplex qui signifie “formé d’un seul élément”, le mot “simple” a plusieurs sens. On peut donc se servir de ça pour semer le trouble. Oui, cette expérience est simple car il s’agit surtout de vivre simplement. Mais comment vivre simplement, quand notre simplicité est si complexe. Là est l’intérêt du voyage. C’est un travail de relativisme et de réflexion qui est mené durant la première phase et doit rendre le voyage plus simple et nous sortir de nous simplicité complexe afin de réellement (re)découvrir la simplicité. La (re)découverte de l’ennui, du temps long et des blancs lors d’une conversation sans pourvoir s’échapper pour autant avec un appel téléphonique ou un rendez-vous quelconque. Ces  moments sont difficiles à vivre, dans un premier temps, tant la complexité nous porte et nous fait croire que sans elle, l’existence est intérêt.

À force de temps et d’habitude, chacun se découvre des capacités d’adaptations insoupçonnées. On réalise que cette simplicité n’est pas insurmontable. Mais le temps est nécessaire à cet éclaircissement. Car oui, il est paradoxal de penser que la simplicité puisse être insurmontable, mais d’évidence cette idée est ancrée en nous. À force de vie, d’échanges et partage, la simplicité se rend accessible d’elle-même. Elle peut devenir le temps du voyage le credo de tous, ouvrir des perspectives d’avenir et modifier les consciences.

« À force de temps et d’habitude, chacun se découvre des capacités d’adaptations insoupçonnées. On réalise que cette simplicité n’est pas insurmontable. »

La simplicité de la vie que l’on a connu un temps est marquante pour toujours. Le fait de passer d’un monde où les hommes connaissent de gros problèmes mais simples à résoudre (manger, puiser l’eau…) à un monde où les problèmes sont petits mais complexes à solutionner (tensions avec sa copine, portable has been…) est une véritable épreuve qui est tout, sauf simple!

Un voyage, un projet, un récit de Louise Huang

« Voyager au moins une fois dans sa vie ne devrait pas être un privilège, mais un droit, voire même un devoir, accordé à tous. »

Je m’appelle Louise Huang. J’ai 19 ans et je suis ancienne lauréate de la 3ème promotion du programme phare IMPOWER (2014-2015). J’ai voyagé dans le village de Nianiar (Sénégal, région de Mbour) l’été 2014 en tant que lauréate et bénéficiaire, puis l’été 2015 en tant que jeune staff de l’équipe de YAKA.

La troisième phase du programme permet aux lauréats d’appliquer toutes les notions acquises lors des ateliers et du voyage au cours de la création d’un projet personnel ou professionnel, tout en étant accompagné par des experts, mentors et coachs.

Quant à mon projet, j’ai commencé par une simple collecte de livres réalisée dans toute l’Île-de-France, à l’image de la Bibliothèque Ousmene Sembene à Yoff qui a fait don de près de 1000 livres au village de Nianiar, les jeunes de la communauté ayant souhaité qu’on les soutienne dans la construction d’une bibliothèque. J’ai voulu par la suite m’investir encore plus et travailler davantage avec le comité local des jeunes de Nianiar mis en place sous l’initiative de YAKA. J’ai compris que ces derniers n’avaient pas les outils et moyens suffisants pour que ce projet se réalise et devienne viable par la suite.

Pour décrire ce projet, je ne dirais pas qu’il est simplement la construction d’une bibliothèque, mais il consiste surtout à lancer une dynamique positive au sein du village pour que les jeunes s’approprient ce projet et en deviennent les acteurs principaux.

Professionnellement j’ai appris grâce à YES Akademia à organiser une conférence, créer et animer des ateliers, écrire des dossiers de subvention, rechercher des partenaires, organiser une réunion, travailler avec une équipe… et je sais que j’ai encore énormément de choses à apprendre jusqu’à la réalisation complète de ce projet. Personnellement, je me sens plus consciente face à des enjeux mondiaux tel que le développement durable, réfléchie, investie et appliquée dans tout ce que je fais. J’ai une réelle envie de changer les imperfections dans le monde autour de moi, et de ne pas demeurer pessimiste comme beaucoup ont tendance à l’être dans les temps qui courent. Je veux faire en sorte que ma vie ait un sens.

« J’ai une réelle envie de changer les imperfections dans le monde autour de moi, et de ne pas demeurer pessimiste comme beaucoup ont tendance à l’être dans les temps qui courent. Je veux faire en sorte que ma vie ait un sens. »

En décembre 2015, nous avons pu récolté suffisamment de fonds pour voyager à nouveau à Nianiar et lancer au village la construction des briques pour la bibliothèque. C’était un voyage très bref mais intense. J’ai le sentiment que ce voyage a été très bénéfique, en terme d’impact et j’en garderai de très bons souvenirs.

Le comité a su nous montrer une belle motivation qui annonce une suite prometteuse. Je me souviendrai toujours du président Abdoulaye Ka qui m’a demandé dès le premier jour si on pouvait tout de suite travailler sur le projet ensemble, Gorgui Sanokho le trésorier qui semblait si inquiet en présentant les devis avec les maçons avec qui il a longuement négocié, les membres du comité se lever à 6h du matin pour désherber le terrain, et enfin chose étonnante dans un pays tel que le Sénégal où l’heure est loin d’être la priorité : les membres du comité tous ponctuels pour la réunion finale.  

J’ai été vraiment admirative à l’occasion de l’atelier organisé pour la première fois par le comité sur le thème de l’éducation. Ces jeunes ont tellement de potentiel et sont capables de faire de grandes choses. Je pense que YAKA leur a apporté juste ce qui leur manquait : la confiance en soi, et c’est exactement ce que j’ai trouvé en vivant cette expérience avec YAKA. Aujourd’hui, les jeunes et en particulier les membres du comité, sont nombreux à vouloir participer, donner leur avis et prennent la parole avec une aisance incroyable. Ils s’organisent pour créer des projets en groupes et récolter des fonds en honneur à la formation Business Battle organisée par YAKA grâce à l’entreprise sociale anglaise Mybnk.

Je n’oublierai pas ces merveilleux moments passés avec les jeunes de la communauté : dans le travail autant que dans les loisirs. Les ateliers de YAKA, sont un lieu d’échange où chacun partage son avis tout en étant prêt à écouter celui des autres. Les débats impliquent une constante remise en question de soi-même, et sont enrichissants seulement à ce titre-là. J’ai assisté à un gala de lutte et un mariage sénégalais sans oublier que j’ai passé mon premier Noël au soleil : des souvenirs gravés dans ma mémoire. Les soirées culturelles m’ont aussi beaucoup impressionnée, je suis toujours sous le choc lorsque je vois comment les cultures peuvent être parfois totalement opposées.

J’ai apprécié certaines manières de vivre, d’autres moins, mais je prends ce qui me plaît pour construire ma propre culture à l’image de ma personnalité. J’ai vu la richesse de l’humanité, qui est en fait infinie, et j’aimerais que toutes les personnes aient la chance de pouvoir vivre une fois cette expérience pour se rendre compte de la beauté du monde et pour éradiquer enfin le racisme et la discrimination. Voyager au moins une fois dans sa vie ne devrait pas être un privilège, mais un droit, voire même un devoir, accordé à tous. 

« J’ai vu la richesse de l’humanité, qui est en fait infinie »

Louise Huang Bibliothèque Nianiar

Pour en savoir plus sur l’impact de la bibliothèque à Nianiar, vous pouvez lire l’article de Mamadou Sall ici.

Discours de Mamadou Sall en avril 2014 sur la bibliothèque de Nianiar & son impact

Construction bibli

Depuis 2014, YES Akademia séjourne parmi nous, dans notre modeste village de Nianiar. Son arrivée, qui, intriguait au départ, s’est avérée bénéfique pour, non seulement pour la jeunesse de Nianiar, mais aussi pour celles des villages environnants, Soussane et Mbourokh.

YES Akademia continue de poser des jalons importants pour les populations des villages précités. Sur le plan social, en raffermissant davantage les relations entre les jeunes de Nianiar mais aussi entre les jeunes de Nianiar et celles des villages proches (Mbourokh et Soussane). Par ailleurs, des projets importants sont annoncés, parmi lesquels celui l’implantation d’une bibliothèque, objet de ma présence aujourd’hui, devant votre auguste assemblée.

Une bibliothèque est définie dans le dictionnaire, « comme une pièce ou un édifice où sont conservés des livres mis à la disposition du public. »

Mais quel impact pourrait avoir ce joyau sur nos populations? Qui parle de livres pense à la lecture. Nous savons que la lecture est la base de notre enseignement, pour ne pas dire tout enseignement. Avec le fameux système de la « Goana » (politique consistant à massifier le cours moyen), c’est-à-dire que des élèves peuvent accéder au Cm2 sans pouvoir lire, Ce qui a pour conséquence, l’abandon prématuré de ces élèves en cours ou en fin d’année scolaire. En collaboration avec les enseignants sur place, la bibliothèque pourrait être une solution à ce problème et aider à relever le niveau des élèves, et limiter les déperditions  ou son éradication. Cela ne sera possible que si les collègues enseignants sur place étaient associés à la gestion, la marche en un mot à la vie de la bibliothèque. Ils auront pour tâche de sensibiliser les « chérubins, qui sont vos jeunes frères et sœurs à la lecture.

En plus des livres, vous aurez aussi des journaux, revues, et autres documentaires  ayant trait à l’histoire du village. Les femmes qui n’ont jamais eu la chance d’aller à l’école, devraient y trouver une chance d’apprendre à lire et écrire. Les jeunes pourraient se livrer à des jeux, tels que la belotte, le jeu de dames, du « yooté » …

Seulement, à l’heure de la civilisation du numérique, vous rêvez tous d’internet dans vos villages, nous espérons que le courant sera là bientôt. Je prône l’ouverture au monde bien sûr; la mondialisation nous l’impose, mais c’est un couteau à double tranchant, il faudrait très vigilant quant à l’utilisation saine de l’outil internet en créant des pare feux. Mais la présence NTIC ne devrait faire passer la lecture au second plan. Et c’est à vous jeunes du village qu’incombera cette surveillance.

Nianiar ne bénéficiant d’aucune infrastructure, il serait plus intéressant que la future bibliothèque soit un centre de lecture et d’animation culturelle, comme il en existe déjà plusieurs dans d’autres villes du Sénégal. Nianiar serait un des rares villages à en bénéficier.

Des adultes pourraient y être invités, pour raconter aux tout petits des histoires venant de notre patrimoine traditionnel.

Mes chers enfants, rappelez vous la célèbre phrase de Ahmadou Hampâté Ba qui disait: » En Afrique, un vieillard qui meurt est une bibliothèque qui brule ». Ces Vieillards vous raconteront l’histoire votre patelins, qui étaient les premiers habitants, les différents chefs de village qui se sont succédés à la tête de vos différents villages. Ces présentations seront enregistrées gardées dans des archives pour les générations futures. Les étrangers qui visiteront Nianiar pourraient mieux connaître comment le village a été crée. Encore que si vous allez au siège de la communauté rurale, vous y pourriez y trouver une partie de ces enseignements.

Ces adultes détiennent un répertoire très riche de notre folklore. Des danses comme le « Mbalam et le Ndioup, qu’on ne voit plus sur nos scènes alors qu’il y a des gens encore vivants qui sont là pour les faire revivre, je veux parler de père Ndiouma Sene, de Père Couly Sène et même de M. Gilbert Condy Sène, enseignant à Nianiar, et aussi l’homme qui a accueilli YES Akademia avec sa sœur Marie Louise Khadioum Sene, qui est un excellent chanteur. Les jeunes en charge de la bibliothèque, gagnerait à les côtoyer pour connaître ces répertoires. Ces chansons pourraient être enseignées aux élèves à l’école élémentaire. Ils pourraient être initiés au théâtre. Nous avons surement des acteurs et actrices en herbe parmi les jeunes qui fréquentent l’école élémentaire. Il faudrait trouver de bons encadreurs stimuler les talents qui dorment en en eux , et c’est très proche de la philosophie YAKA, cela. Il y a des gens comme Ndakhmane, le frère aîné de Gilbert Condy Sène…

J’avais parlé à l’entame de mon propos des femmes, dans le cadre des activités de la bibliothèque, on pourrait initier des causeries sur la santé de la reproduction, sur l’hygiène de l’environnement, les GIE ( groupement d’intérêt économique), il suffit de trouver les personnes ressources.

Chers enfants, avoir une bibliothèque est une chose, en assurer la gestion, en est une autre. Vous n’oubliez pas d’associer vos camarades qui n’ont pas eu la chance comme la plupart d’entre vous d’aller étudier en ville, à la gestion de la bibliothèque. Vos camarades de Yoff, dont je salue ici, l’aide considérable qu’ils vous ont apportée à l’équipement de la bibliothèque. Ils auraient pu avoir l’attitude que beaucoup de citadins ont envers les campagnards ( Kaw kaw) que vous êtes, mais ils vous ont toujours accueillis à bras ouverts comme des frères. Ils ont sur vous l’avantage d’avoir créé une bibliothèque très longtemps avant que vous même n’y avez pensé. Continuez à les côtoyer, ils vous seront très utile. La future bibliothèque devrait être ouverte à tous, Nianiar, Mbourokh, Sousane et autres, Louli. Il participera au raffermissement des liens entre vous. Et ceci encore une fois nous le devons à YAKA.

Je ne saurais terminer sans rendre un vibrant hommage à M. Younousse Diallo, coordonnateur émérite, infatigable de YES Akademia au Senegal. Voilà quelqu’un qui a servi son pays pendant plus de quatre décennies, et qui, au lieu de rester à Thiès, chez lui, à jouir d’une retraite paisible au sein de sa famille, se rend dans des villages reculés, enclavés, à l’image de Nianiar, aider des jeunes des Sénégal et d’ailleurs à échanger avec les jeunes. Cet homme brave les intempéries, des routes sinueuses et ce, en toutes saisons. Il mérite nos applaudissements. Vous avez chers enfants, un père clairvoyant, pédagogues, pieux, et sage. Je vous recommande de lui  faciliter la tache.

Vive YES Akademia, et merci Louise Huang et ses partenaires ! Votre nom sera à jamais gravé à Nianiar et à la bibliothèque de Nianiar. Nous espérons vous voir un jour en personne ici, à pour vous exprimer toute notre éternelle gratitude. 

Ci-dessous quelques photos des livres récoltés depuis 2014 et la bibliothèque sous construction (prévue d’être finalisée l’été 2017).




Trou biblio

Construction bibli

7 raisons pour s’inscrire au programme IMPOWER ! 2016 2017


Depuis 2012, 120 jeunes ont participé au programme phare de YES Akademia : Impower. Si vous hésitez encore à vous inscrire, voici sept bonnes raisons qui vous convaincront de tenter l’aventure en 2016.

Lamine et Arame Sénégal

  1. Un modèle pédagogique innovant et un suivi personnalisé

La charte pédagogique de l’ONG constitue un ensemble d’idées fortes qui définissent notre identité pédagogique : une pédagogie active, innovante et participative inspirée par les méthodes d’éducation alternative et populaire visant à amener les participant-e-s à questionner de manière critique et intelligente le monde qui nous entoure, ceci afin d’identifier et de comprendre les challenges majeurs d’aujourd’hui et de demain, et pouvoir agir individuellement et collectivement en co-créant des solutions adaptés. Voici notre superbe charte développée par Amina Ghanassi et Arnold de Souza :

YES Akademia Haiti 2016

2. Des ateliers qui aident la planète grâce à une alimentation saine

Une place privilégiée est réservée à l’expression artistique et créative de chacun, ainsi qu’aux logiques de bien-être, ceci par la sensibilisation à la nutrition et au sport notamment. Par la nature et le contenu des formations de YES Akademia, les participants s’inscrivent dans une véritable logique de progression multidimensionnelle. À l’honneur, le bio, qui sera ton meilleur ami pendant tous les ateliers ! Car s’enrichir de connaissances, c’est bien, mais tu agiras aussi indirectement pour sauver notre planète. Allergique ou adepte des fastfoods, qu’importe, tu apprendras à apprécier cette alimentation saine et le vert deviendra ta couleur favorite ! En effet, la démarche de YES Akademia est holistique, et place le bien-être du lauréat au centre de son activité.

Haiti 2016 Jean Jean

3. Des animateurs sympas et intéressants

L’animateur-trice de YES Akademia apporte des méthodes et du contenu complémentaire à ce qui a est dit. L’animateur-trice peut avoir une opinion propre, mais elle ne constitue en aucun cas une vérité générale devant être adoptée par tous. L’animateur-trice a le rôle  d’un facilitateur-trice de parole qui stimule le débat et encourage la réflexion critique, et l’expression de toutes les opinions. L’objectif central est d’apprendre à apprendre et à développer une réflexion critique et constructive. Ceux qui vont t’accompagner pendant ces 14 mois sont uniques ! Issus de parcours universitaires très différents et aux caractères atypiques, ils débordent de connaissances et d’informations à te partager. Ils sont surtout ouverts d’esprit : ils t’inviteront à construire ta propre opinion plutôt qu’imposer la leur. Et le must du must, ils sont bénévoles et disponibles 24/7 rien que pour vous. Plutôt pas mal, non ?


4. Des amitiés inaliénables et des rencontres enrichissantes

Originaires des quatre coins du monde, les participant-e-s ont suivi des cursus différents mais ont tous en commun leur engagement associatif, leur motivation, leur ouverture d’esprit et leur détermination à faire une différence aujourd’hui. Les faire se rencontrer et apprendre à se connaître est un élément qui est au cœur de notre philosophie. On rencontre des personnes formidables et si différentes de nous et on lie des amitiés inaliénables qui forgent notre ouverture d’esprit et nos capacités d’adaptation. Tout est fait pour améliorer notre cohésion de groupe : on rit, on pleure, on partage 18 mois avec un groupe de lauréats caractérisé par sa grande diversité.

Amina Inde

5. Une expérience d’immersion unique

Les voyages solidaires sont des expériences de vie qui offrent des opportunités incomparables de transformation et d’apprentissage. L’expérience est au corps ce que le savoir est à l’esprit. Vivre chez l’habitant et partager son quotidien permet de mieux se comprendre, dans un contexte d’apprentissage commun et de respect mutuel. On ne découvre pas seulement une culture, on s’en imprègne en la vivant au quotidien coupé de notre monde habituel, qui nous semble sur le moment lointain. On se crée notre propre expérience, on se construit personnellement avec des souvenirs, des leçons de vie, des paroles et actions marquantes qui seront à jamais inscrits en nous.

Samah République Dominicaine

6. Des outils et moyens pour devenir acteur de changement

Le savoir n’est pas une arme, mais que le savoir qui est mise en action, qui est appliqué avec cohérence et courage constitue la véritable arme pour le changement. C’est pourquoi un équilibre est établit entre le savoir théorique, la compréhension, et l’action ou la mise en pratique du savoir à travers des actions et des projets à toutes les échelles, de l’individu lui même, à son environnement immédiat, puis à son environnement élargi. On apprend sur soi-même, nos forces et nos limites, et surtout on se découvre des qualités fortes qui nous donnent la confiance suffisante pour changer le monde. Lors du programme phare, les 14 mois nous donnent tous les outils et les moyens nécessaires pour devenir acteurs de changement et entrepreneurs de nos vies : on apprend par exemple à collecter des fonds, organiser un évènement, prendre la parole en public, tout cela permet aux lauréats de devenir des grands acteurs de changement et de créer des projets incroyables !


7. Un réseau, une famille

À partir du moment où tu entres dans la “YAKA Family”, tu peux y rester pour toute la vie ! La “YAKA Family”, c’est aussi un réseau, qui te permet d’accéder à des opportunités et t’ouvrir les portes. C’est un partage mutuel d’expériences et de contacts qui favorise la réussite de tous. Le programme IMPOWER met en relation des centaines de jeunes et tous ceux qui s’engagent à différentes étapes de leur parcours qui se nourrissent des expériences et connaissances des uns et des autres.

Ines famille

Conclusion :

L’expérience vécue avec YES Akademia est si bénéfique, tout simplement elle donne le pouvoir aux jeunes et inspire le changement.

(Article écrit par Louise Huang et Mathilde Rouvé)

Louise Huang Bibliothèque Nianiar

Text Widget

Placerat vel augue vitae aliquam tinciuntool sed hendrerit diam in mattis ollis don ec tincidunt magna nullam hedrerit pellen tesque pelle.